7 Questions à Frédérique Samama

Dernière mise à jour : 19 oct. 2021

On continue cette semaine pour les 7 questions, et cette fois c'est avec l'artiste peintre française Frédérique Samama dont vous allez découvrir l'univers, ainsi que le magnifique parcours. Découvrez les 7 questions posées à l'artiste Frédérique Samama.


La peintre française Frédérique Samama dans son atelier

Racontez-nous votre parcours ?


Après un BTS en arts appliqués, j'ai poursuivi mon évolution dans le monde de l’art en tant que clerc de commissaire-priseur. Ayant toujours développé une fibre artistique, celle-ci a pris toute sa place, ces dernières années, après une rencontre déterminante avec un artiste qui m’a poussé à me consacrer pleinement à ma passion.

Votre source d’inspiration ?


L’humanité, une source d’inspiration inépuisable…


Pourquoi avoir choisi la peinture figurative ?


Pour l’émotion. Je ne dis pas que l'art abstrait ne provoque pas d’émotions mais dans ma recherche sur l’identité, l'art figuratif permet de discerner et fait appel à la mémoire, alors que l’art abstrait se concentre sur l’harmonisation des couleurs.


Deux valeurs qui vous caractérise ?


Bienveillance et minutie

Votre passe-temps en dehors de votre métier de peintre ?


Epicurienne, j’aime profiter de la vie. Flâner dans les allées d'un musée, découvrir de nouveaux lieux, réunir ceux que j’aime autour d’un bon repas…bref des plaisirs simples de partage qui rendent heureux.

Que représente l’art pour vous aujourd’hui ?


L’art d’aujourd’hui questionne et raconte des histoires et tous les genres y sont représentés ; il n’y a plus de code de représentation stricts mais des formes d’art extrêmement différentes qui exigent de ses spectateurs une liberté d’esprit. L’art gagne en visibilité et traverse les frontières grâce à la puissance des réseaux sociaux et la multiplication des expositions qui apparaissent comme des événements, au même titre qu’un concert de musique ou un défilé de mode.


Quel message souhaitez-vous véhiculer à travers vos peintures ?


Il n’y a pas véritablement de message mais plutôt une réflexion sur l'identité. Vous remarquerez mon penchant pour les portraits de personnes âgées. Leur maturité rend leur représentation particulièrement intéressante, la force de leur visage est majestueuse et correspond à une beauté que notre société, malade du jeunisme à tout crin, néglige sans doute trop. L'identité de chacun se construit aussi en relation avec l'autre mais avant d’être une identité, nous sommes un passé, une mémoire. Mon objectif est de saisir l’humain dans ce qu’il a de plus intime tout en repoussant les limites de la reconnaissabilité jusqu'à son point de rupture, permettant ainsi un vaste éventail d'interprétations tout en restant indéniablement humains.


A lire également :


7 Questions à Kristine Tsala