7 Questions à Saba Mekdess Coquillard

C'est dans la région de l'Occitanie cette fois que nous nous sommes rendus pour rencontrer l'artiste peintre éthiopienne, Saba Mekdess Coquillard. Zoom sur cette femme artiste, symbole de force et de courage !

Saba Coquillard

Qui est Saba Mekdess Coquillard ?


Bonjour je m'appelle Mekdess Coquillard à l'état civil, Saba Coquillard est mon nom d'artiste. Je suis artiste peintre franco-éthiopienne, mariée et maman de deux merveilleux enfants, puis co-manager de la galerie la maison Melem Afrique. J'ai grandi dans une famille très croyante puisque mon père est prêtre orthodoxe et je suis arrivée en France à l'age de dix ans, grâce à mes deux parents adoptifs. Mon père adoptif était scientifique, chercheur et maître de conférence, et ma mère adoptive était enseignante. Tous les deux sont d'origine française et retraités aujourd'hui. J'ai une histoire particulière, car j'ai été arrachée à mes parents biologiques pour aller en adoption lorsque j'étais enfant, mais mon caractère rebelle m'a amené à continuer de rechercher mes racines de toutes mes forces et aujourd'hui, je peux dire que je suis très heureuse d'avoir retrouvé mes parents biologiques qui vivent présentement à Adis Abeba. Ils m'ont élevé à Lalibela dans la région d'Amhara, cette petite ville montagnarde et touristique rempli de monastères située au nord de l'Éthiopie, dont ma mère est originaire et qui est également ma ville natale.



Qu'aimez-vous le plus dans la vie ?


J'aime l'espoir, il est inscrit dans mes gênes, car mon père prêtre orthodoxe me l'a transmis depuis l'enfance, j'étais sa première fille et il m'a donné tout son amour. Il me racontait des histoires le soir pour que je n'ai plus peur et c'est ainsi que j'ai réussi à braver mes peurs, à surmonter mes combats dans la vie, grâce aux valeurs de mon père, à cet espoir, et cet amour fort qu'il m'a transmis. C'est ce qui m'aide à créer du bonheur et des liens forts avec les gens que je rencontre au quotidien.


Que détestez-vous le plus dans la vie ?


Je déteste l'hypocrisie, l'injustice, ainsi que le matérialisme. Bien que j'ai grandit dans un environnement aisé, je suis quelqu'un de plutôt simple !

Pourquoi avez-vous choisit la peinture comme moyen d'expression ?


Alors moi je dirais plutôt que c'est la peinture qui m'a choisit depuis mon enfance à Addis Abeba (rires) ! un ami d'enfance m'a écrit un jour pour me dire que "c'est ma vie qui a fait de moi une artiste". Et je crois très clairement que oui, mes luttes, mes combats ont fait de moi l'artiste que je suis aujourd'hui. Je peux également dire que c'est parce que j'ai grandi dans un monde rempli de spiritualité. Mon père prêtre orthodoxe ayant perdu la vue, j'ai été très proche de lui, j'ai passé ma vie dans les églises rupestres de Lalibela, très colorés, remplis d'icônes religieuses, et cela m'a permis de tisser des liens très forts avec mon père, que j'accompagnais souvent à l'église. Son amour, sa paix..., tout ça j'ai voulu le retranscrire à travers mon art.


Saba vous êtes artiste française d'origine éthiopienne, quelles sont les particularités de la peinture éthiopienne et même africaine selon vous ?


La peinture éthiopienne est parsemée de codes spirituels que seuls les initiés peuvent décoder. Elle raconte une histoire riche de par sa culture, il y a à peu près 70 peuples en Éthiopie, donc différentes formes d'art éthiopien, notamment l'art talisman qui est un art qui guérit énormément de maux rien qu'en le visualisant par exemple !

Les couleurs chaudes, pétillantes, et chatoyantes, ainsi que les nuances qui marquent et développent l'imaginaire, sont autant d'atout d'une diversité culturelle qui fait la beauté et la particularité de la peinture africaine.


Que doit on retenir de l'artiste Saba Mekdess Coquillard ?


L'art c'est un art de vivre, la créativité est une chose importante dans la vie, car elle nous donne de l'espoir, l'art nous permet de vivre, de rester vivant, de s'affirmer, se démarquer des autres, rester soi-même. L'art est ce qui permet de se battre dans la vie, c'est ce qui nous porte vers le haut, et le plus important c'est de retenir que la vie on doit la créer soi-même. L'artiste Saba ne peut vivre sans l'art, car l'art est ce qui m'a beaucoup aidé dans mes combats quotidiens.


Selon vous, quel impact ont eu les mesures liées au Covid-19 sur le travail des femmes artistes ?


C'est compliqué généralement pour tous les artistes, parce qu'on ne peux pas exposer physiquement déjà ! Et c'est encore plus compliqué pour l'art des femmes qui est moins visible, car jusqu'à maintenant aucune galerie n'exposait en exclusivité l'art des femmes pour qu'il soit encore plus visible et accessible. La maison Melem expose exclusivement les travaux des femmes artistes en ligne, d'ailleurs elle est pionnière en la matière, et c'est pour cela que j'ai toute de suite accepté non seulement d'y exposer mon art, mais également de travailler aux cotés de la fondatrice de cette galerie qui fait un travail remarquable pour nous les femmes artistes !



A lire également :


7 questions à Madlen Angelopoulos




© 2020- La Maison Melem France, galerie d'art & design  créé par l'agence Marina Communication

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon